Archives pour la catégorie Débat

B6xNSsPIMAAYdDc

Tous Charlie ?

Comment relire ces évènements après l’émotion collective qu’ils ont suscités ?

Force est de constater que tous les manifestants n’ont pas forcément approuvé les dessins que Charlie Hebdo nous opposait régulièrement.

Si nous sommes descendus dans la rue, c’est que, à la manière de Voltaire, sans être forcément en accord avec ce qu’exprimaient nos journalistes et dessinateurs, nous ressentions que leur liberté de l’exprimer était la plus précieuse de nos libertés partagées.

Tuer des journalistes, c’était affirmer que l’obscurantisme pouvait l’emporter sur la liberté d’expression et de création culturelle. Tuer des policiers, c’était affirmer que le fanatisme religieux pouvait être plus fort que l’ordre républicain. Tuer des personnes de confession juive, c’était affirmer qu’une religion pouvait nier le sens même de la vie humaine et envahir l’espace spirituel.

Cette négation de la liberté a été viscéralement insupportable à notre conscience individuelle et collective.

Lorsque la démocratie est soumise à rude épreuve, elle se ressource dans l’expression directe du peuple. Oui, nous avons été fiers d’être français avec ces mobilisations. Non par nationalisme, mais par la redécouverte de notre devise liberté, égalité, fraternité et d’un principe fondamental, la laïcité.

Saurons nous conduire un combat non de l’occident contre l’orient, non du nord contre le sud, mais de l’humanité contre ses dérives ? Trouverons nous les parades aux lacunes que l’éducation, la vie dans nos quartiers, nos relations internationales, peuvent laisser générer dans des esprits influençables et désespérés.

Ces défis sont les nôtres.

Victor Burette, Président du Groupe Socialiste

parlement-europen-tt-width-604-height-403

A cinq jours du scrutin, 5 arguments pour voter et faire voter à Gauche dimanche !

parlement-europen-tt-width-604-height-403A J-5 des élections européennes qui ont lieu ce dimanche 25 mai, 5 arguments à partager :

1.  Le 25 mai, un seul tour pour voter contre le bilan de la droite européenne !

Cela fait 10 que la droite dirige l’Europe. Elle est majoritaire depuis 2004 dans les trois institutions européennes : le Conseil, le Parlement et la Commission. Sortante, la droite est entièrement responsable de la dérive actuelle de l’Europe !

2.  Le 25 mai, un seul tour pour réorienter l’Europe !

L’Europe des libéraux et des conservateurs n’est pas prospère, elle n’est pas démocratique et encore moins sociale. La droite construit l’Europe sur la loi du plus fort et les égoïsmes nationaux. Signe de son manque d’ambition, elle a imposé pour la première fois une baisse du budget européen en 2014. Plus que jamais, il faut élire une majorité progressiste pour changer de projet européen !

3.  Le 25 mai, un seul tour pour choisir le nouveau président de la Commission européenne !

Pour la première fois, le bulletin de vote des citoyens européens va avoir une incidence directe sur le choix du président de la Commission. Voter PS, c’est voter pour Martin Schulz contre Juncker, ancien protecteur du paradis fiscal luxembourgeois et candidat officiel de la droite européenne au poste de président !

4.  Le 25 mai, un seul tour pour une Europe enfin sociale !

La droite européenne va-t-elle mettre en place un SMIC européen ? défendre le droit à l’avortement partout en Europe ? répondre au chômage des jeunes ? mettre fin aux politiques d’austérité ? renouer avec la croissance au service de l’emploi ? Pour une Europe enfin sociale, ne pas se tromper de bulletin !

5.  Le 25 mai, un seul tour pour faire barrage au FN !

Profitant de l’abstention, Marine Le Pen souhaite que le Front National devienne dimanche soir « le premier parti de France ». Pour la première fois dans l’histoire, l’extrême droite pourrait arriver en France en tête d’un scrutin national… Ne nous résignons pas !

 Retrouvez ici toutes les propositions du Parti Socialiste Européen

https://www.choisirnotreeurope.fr/propositions

reforme-fiscale-2011

Contre le « ras-le-bol fiscal », la réforme de la fiscalité !

reforme-fiscale-2011Le système fiscal français est complexe. Il ne compte pas moins de 380 taxes différentes. Il évolue chaque année. Il n’est pas compréhensible pour le commun des citoyens. Dans l’opinion publique, l’impôt est très mal perçu,

Le Premier ministre a décidé d’engager la réforme fiscale. C’était l’un des engagements phares de François Hollande. Cette remise à plat du système doit rétablir « des règles plus justes, plus efficaces et plus lisibles » et donc incontestables en matière d’impôts.

Car les jacqueries anti fiscales se multiplient depuis le début du quinquennat. Des catégories de la population – pas forcément les plus modestes, bien au contraire – se mobilisent contre le Gouvernement. Hier, il s’agissait des « Pigeons », ces entrepreneurs de start-up vent-debout contre la taxation de la plus-value lors des cessions d’entreprises. Aujourd’hui, il s’agit des « Bonnets rouges », les industriels de l’agro-alimentaire contre l’écotaxe. Il y a quelques semaines, il s’agissait des clubs de football de Ligue 1 contre la taxe à 75%.

Dans ce débat, la Gauche doit rappeler que la République n’est pas une somme d’intérêts particuliers et catégoriels. Elle repose sur l’effort de tous, selon ses moyens. L’impôt n’est pas une punition, il est un outil au service de l’intérêt général et de la justice sociale !

Il ne s’agit pas de baisser ou d’augmenter le curseur. La stabilité fiscale est au cœur de la réforme. Cette stabilité fiscale est également appliquée par la Gauche dans les collectivités locales. Ainsi, le taux d’imposition n’a pas augmenté depuis 2010 pour le Département du Nord et depuis 2007 pour Villeneuve d’Ascq !

La réforme fiscale doit rétablir le consentement républicain à l’impôt. L’impôt, c’est ce qui permet de faire vivre les services publics. Mais c’est aussi ce qui permet à la France de compter des infrastructures de qualité et d’être compétitive sur le plan économique. Sans impôt, point d’investissement, point de formation, point de croissance !

Alors, vive l’impôt et la réforme fiscale !

Rythmes-scolaires

Rythmes scolaires : défendre l’intérêt des enfants !

Rythmes-scolairesDepuis 2012, l’école est redevenue une priorité nationale. Cela se traduit par la création de 60 000 postes d’enseignants sur cinq ans, la scolarisation renforcée des moins de 3 ans ou encore l’ouverture des Ecoles Supérieures du Professorat et de l’Education.

La nouvelle réforme concerne les rythmes scolaires.

Depuis le passage à la semaine de 4 jours en 2008, les écoliers français subissent un rythme déséquilibré avec des journées très longues et très chargées. Le constat est partagé par l’ensemble de la communauté éducative : cette organisation du temps conduit à des difficultés d’apprentissage et à une grande fatigue des plus jeunes.

La réforme des rythmes scolaires rétablit la semaine de 4 jours et demi pour le bien-être des enfants. Elle prévoit également dans les communes la mise en place d’activités périscolaires ludiques, sportives, artistiques et culturelles pour tous.

Moyens humains, coût financier, contenu du projet éducatif, la réforme n’est pas simple à mettre en œuvre… Mais elle répond à l’intérêt des enfants !

L’occasion de rappeler qu’une réunion publique sur le thème de la petite enfance, de l’enfance et de l’école est organisée par la liste Ensemble pour Villeneuve d’Ascq 2014 conduite par Gérard Caudron. 

Rendez-vous le jeudi 05 décembre à 19h au Château de Flers

photo[1]

A l’agenda : la cérémonie d’accueil des Villeneuvois ayant acquis la nationalité française

photo[1]

Ce samedi 9 novembre, était célébrée à l’Hôtel de ville la cérémonie d’accueil des Villeneuvois ayant acquis la nationalité française. Il s’agit d’une manifestation symbolique, tout particulièrement dans la période actuelle… On regrettera d’ailleurs l’absence des formations politiques habituellement si promptes à donner des leçons d’intégration. 

Oui, des immigrés venant d’un autre pays avec une autre culture, peuvent se retrouver ici, travailler ici, se marier ici, fonder une famille ici, s’intégrer ici, dans notre République et devenir français !

C’est un message important dans le contexte actuel…

Car la société se radicalise, les actes racistes sont en recrudescence (+ 12% en 2012 selon la Commission nationale consultative des droits de l’homme), les discriminations ne faiblissent pas, elles connaissent une « augmentation sensible » d’après le Défendeur des droits. Les discours politiques se durcissent. Le droit du sol – le fondement de la nationalité française –est remis en cause. Plus que jamais, le dernier arrivé, l’immigré fait figure de bouc émissaire.

Face aux thèses xénophobes, aux mensonges de l’extrême droite, aux fantasmes et aux préjugés sur l’immigration, voici neuf réponses de fond, chiffrées, claires, nettes et précises formulées par un spécialiste des flux migratoires qui réagissait aux propos du représentant FN Florian Philippot sur le plateau de l’émission de Thierry Ardisson.

A diffuser !

1. Les immigrés « nous envahissent » ? Faux, ils sont nécessaires à notre démographie et juste en nombre suffisant. Ils étaient 267.000 en 2011 pour 200.000 Français qui quittent notre territoire chaque année.

2. Les immigrés n’ont « jamais été aussi nombreux » ? Faux, ils étaient 7% de la population en 1981, ils ne sont plus que 6% aujourd’hui.

3. Les expulsions « ont ralenti » sous François Hollande ? Faux, il y a eu 38.000 reconduites à la frontière en 2012 avec Manuel Valls et 8000 chaque année seulement sous François Mitterrand.

4. Les immigrés « servent le grand patronat » ? Faux, les immigrés économiques ne représentent que 10% de l’ensemble et ne pèsent pas sur les salaires.

5. Les « salaires baissent » à cause des immigrés ? Faux, ils augmentent de +0,27% grâce à eux.

6. La prochaine immigration sera « asiatique » ? Faux, d’une part parce que les frontières de ces pays sont fermées au Nord et au Sud, d’autre part parce que les Asiatiques n’ont pas les moyens d’immigrer.

7. La France « championne d’Europe » de l’immigration légale ? Faux, le Royaume-Uni a accueilli en 2011 550.000 immigrés, l’Allemagne 500.000, l’Italie 385.000 et la France, 267.000.

arton3459

Projet de loi « ALUR » : la gauche agit contre la crise du logement !

arton3459Le secteur du logement est en proie à une pénurie, une forte augmentation des prix et une spéculation qui aggravent les inégalités : il a besoin de régulation. C’est l’objectif du projet de loi « ALUR » pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové qui est en discussion à l’Assemblée nationale.

Avec le projet « ALUR », 2 mesures phares vont être instaurées :

- la Garantie Universelle des Loyers (GUL) : véritable « sécurité sociale » du logement qui permettra aux locataires de se passer d’une caution solidaire ;
- l’encadrement des loyers qui va mettre un terme aux loyers abusifs constatés dans les secteurs les plus tendus comme la métropole lilloise.

Le projet contient bien d’autres mesures qui touchent aux règles d’urbanisme, à la construction et à la transition écologique du logement afin d’équilibrer un marché du logement en crise.

Comme l’a souligné Audrey Linkenheld, notre députée de la 2ème circonscription du Nord également rapporteure du projet de loi à l’Assemblée nationale :

« Je suis convaincue que ce texte répond à ce que beaucoup d’entre nous ont depuis longtemps réclamé, c’est-à-dire une vraie régulation pour le logement parce que c’est un bien de première nécessité et une vraie régulation pour l’urbanisme parce que nos territoires sont notre bien commun. »